BORNES , FRONTIERES ET BARBELES

ACTUALITE

 

 BORNES, FRONTIERES ET BARBELES : UNE ACTUALITE BRULANTE

 

L’espace SCHENGEN nous a béatement donné l’impression que les frontières, ces lignes délimitant nos territoires, n’étaient désormais plus que des tracés fictifs et ne servaient plus à grand-chose. Plus de nations, plus de patrie , donc plus besoin de frontières, nous rebachent nos progressistes. Nous pouvons désormais faire tout et n’importe quoi dans les territoires de l’espace européen et faciliter pourrait-on dire, les trafics de tous ordres : matériels, drogues, êtres humains, activités des mafias,  etc.. C’est ce que nos gouvernants appellent de leur côté la « libre circulation des biens et des personnes ».

Mais brutalement un phénomène prévisible, ( il n'est pas nécessaire d'être expert en géopolitique) découvert tardivement par nos politiques se présente à l’Europe : l’immigration de masse. L’invasion d’une population dont les origines, il faut le signaler pour attiser la polémique, n’ont d’ailleurs rien à voir avec la population judéo-chrétienne de l’Europe, d’où des conséquences futures imprévisibles et probablement catastrophiques. 3 ou 4 millions attendent avec impatience en Libye, au Liban, en Syrie, en Turquie , de pouvoir franchir ces frontières passoires.

Bref, soudain on redécouvre l'Etat-Nation et l’on retrouve un intérêt tout particulier pour les frontières. Les pays européens désemparés, vont même construire des clôtures barbelées pour les matérialiser : 40 kms sont déjà édifiées entre la Hongrie et la Serbie. En attendant la suite.

Ce phénomène se présente-t-il comme un fait nouveau ? Si l’on observe des évènements récents, on s’aperçoit qu’il n’en est rien. 

-       Le Mont-Blanc pose toujours problème ne sachant pas si le toit de l'Europe se situe sur le territoire français ou italien (15 septembre 2015)

-       La définition de la frontière entre la Guyane française , source de conflit avec le Suriname,  nécessite l’envoi d’une expédition (4 juin 2015)

-       La Russie annexe 50000 kms2 d’espace maritime en mer d’Okhotsk. (22 Août 2015) sans concertation avec le Japon.

Actuellement il y aurait plus de 130 litiges recensés dans le monde....

Le vieux dicton russe n’a pas pris une ride : «  bornes et frontières, ce sont conflits et guerres » mais de nos jours les frontières de nos territoires restent malgré tout, signes de sécurité intérieure et protection de la population. Nous le savons, comme arpenteur, le langage populaire nous rappelle qu’il ne faut pas « dépasser les bornes » et qu’il y a « des limites à ne pas dépasser » !

Il suffit de rester « terre à terre »,en prenant pour exemple le comportement de nos concitoyens: Qui n’a pas eu connaissance, ne serait-ce qu’un litige entre voisins pour une borne déplacée ou disparue qui délimitait leurs propriétés, avec leurs petites frontières personnelles? Qui n’a pas vu quelqu’un revendiquer un petit bout de chemin qu’il considère comme privé, ou qui a contesté la propriété du pommier qui se trouve derrière la clôture du voisin ? Qui n’a un jour considéré que le mur qui le séparait de son voisin était privatif et non mitoyen ? Les faits divers ne manquent pas pour nous indiquer que certains en sont venus aux mains , voire dans certains cas avec le fusil en bandoullière.

A l’échelle des Nations, c’est identique : Mais c'est souvent plus dangereux. Les conséquences de ces litiges entrainent des conflits d'origine politique ou économique, des guerres fratricides, des guerres ethniques. Nous pouvons même affirmer que la majorité des conflits armés actuels dans le monde (il y en aurait plus de quarante dit-on actuellement, ouverts ou larvés) sont liés à des litiges frontaliers. L’ONU, le gendarme de la planète, arrive à en contenir modestement 16 actuellement (lire Le courrier international) .....

 

__________________________________________________ SUITE DE LA PAGE D'ACCUEIL .

Les frontières territoriales ou maritimes sont, suivant le bon vouloir des politiques , de longues lignes brisées qui épousent la nature en longeant les fleuves, les vallées, les chaines de montagnes , les lacs, de longues lignes droites qui traversent le désert, ou des lignes fictives qui découpent les océans. Elles existent à peu près partout à l'exception de quelques zones géographiques comme par exemple la mer Caspienne où les 5 pays riverains : Russie , Kazakhstan, Turkménistan, Iran et Azerbaïdjan , ne se sont toujours pas mis d'accord sur la répartition de la mer à cause de la présence de gisements d'hydrocarbures , ou bien également dans les zones arctiques et antarctiques. Ce sont des zones conflictuelles "larvées" disent les spécialistes de la géopolitique.

Les limites frontalières se sont majoritairement définies dans la douleur. En général dans le cadre d'un conflit guerrier sauf quelques exceptions. Réciproquement, on peut dire que toutes les guerres reposent sur des litiges frontaliers de territoires revendiqués par l'un ou l'autre des deux ou plusieurs voisins. 

De nombreux pays ont finalement leur territoire délimité par des coups de crayons "politiques" tracés sur une carte d'Etat-Major. Les exemples sont nombreux. On peut penser aux pays du Moyen-Orient , comme la Syrie , l'Irak ou le Liban , anciens protectorats que la France et l'Angleterre s'étaient attribués.Ou bien les pays d'Afrique Occidentale Française où des limites définies arbitrairement traversent le désert en ligne droite en faisant abstraction de toutes les coutumes , les religions ou les ethnies ou origines politiques. . 

Nous proposons quelques exemples concrets propres à user de notre réflexion, en commençant par la France :

1-LE CAS DE LA FRANCE

La France est délimitée par huit limites frontalières (références IGN) :

-La frontière franco-belge de 620 kms ( Traité de Courtrai de 1820)

-La frontière franco-luxembourgeoise de 73 kms (Traité de Courtrai 1820). Sur les 73 kms, 600 bornes ont été implantées.

-La frontière franco-allemande de 448 kms (Traité de Versailles de 1919). Environ 900 bornes délimitent cette frontière

-La frontière franco-suisse de 573 kms soumise à plusieurs traités de 1780 à 1891). Connaissant les Suisses pointilleux et précis comme leur horlogerie, ils n’ont pas hésité à poser 2900 bornes pour délimiter leur territoire

-La frontière franco-italienne dispose d’une longueur de 515 kms (Traité d’Utrecht de 1713, Traité de Turin de 1820, Traité de Paris de 1947)

-La frontière franco-monégasque d’une longueur de 4 kms.

-La frontière franco-andorrane de 57 kms (un Traité de délimitation a été signé entre les deux pays en 2012, en déterminant numériquement la frontière par 29 points mais sans les borner)

-La frontière franco-espagnole, longue de 623 kms (Traité des Pyrénées de 1659). Elle est concrétisée par environ 600 bornes

-La Guyane, territoire continental, dispose d’une frontière totale de 1250 kms avec le Suriname (730 kms ) et le Brésil. La frontière avec le Surriname a été définie par 10 bornes dans la forêt amazonienne (accord de délimitation signé en 1980)

-Il existe également une frontière terrestre de 13 kms à Saint-Martin avec les Antilles Néerlandaises .

Nous pourrions donc dire qu’avec toutes ces précautions prises non seulement sur terre mais également sur mer, la France est parée à toute éventualité. Eh bien non. La France a encore des litiges, voire des conflits larvés.

Par exemple avec les frontières terrestres :

1-Le Mont-Blanc

L’actualité nous transporte sur les neiges éternelles : l’Hebdomadaire « le Point «  vient d’écrire un article titré « crispations franco-italiennes dans le massif du Mont-Blanc »

L'hebdomadaire nous indique: « L’afflux de touristes sur le glacier du Géant dans le Massif du Mont-Blanc crispe les relations entre les Mairies de Courmayeur (Italie) et de Chamonix( France), faute d’entente entre les deux pays sur la délimitation de la frontière.« Le différend est né après l’inauguration en début d’été du Skyway Monte Bianco, un téléphérique ultra-moderne, permettant à des centaines de touristes de monter au sommet de la Pointe Helbronner (3462M) depuis Courmayeur en quelques minutes seulement . »

Chaque pays ayant ses propres conditions de sécurité, cela crée la pagaille sur le glacier.

Ce fait divers remet sur le tapis la « propriété du toit de l’Europe" , la France estimant que le sommet est sur son territoire, l’Italie revendiquant ce bien en estimant que la frontière est déplacée de plus de 300M. Si nous n’avons pas de problème pour mesurer l’altitude du Mont –Blanc, on discute âprement sur l’épaisseur d’un trait figurant la frontière sur les cartes d’état-major italiennes et françaises. Mais ce litige n’est pas seul. On parle aussi du Col du Géant.

On n’est pas loin de la guerre des boutons.

2-La frontière guyanaise

Problème toujours d'actualité on apprend par la revue "Valeurs actuelles" ( 4 juin 2015) qu'une mission dirigée par le géographe françois-Michel Le Tourneau, ccompagné de légionnaires, s'est lancé dans une expédition de dix semaines dans la forêt amazonienne , à la demande des représentants de l'Etat français, afin de chercher les bornes et les rétablir si nécessaire de la frontière franco-surriname .Ils vont d'abord rejoindre la fameuse borne 0 ( borne de trijonction entre le Brésil , le Surriname et le territoire français ) et ensuite parcourir les 300 kms de frontières concrétisées par 7 bornes de délimitation ... à retrouver et à géoréférencer .

La france cherche à confirmer cette limite avec le Surriname car celui-ci conteste le triangle d'Alitani-Marwini ( 6000kms 2) jusqu'au cours du Marouani, considérant la partie amont du Lawa comme sa propriété . La France elle, considère que l'amont du Lawa est l'Alitani . Bref, c'est tout simple. 

Et avec les frontières maritimes :

3-Les îles Eparses

Comme le nom l’indique ce sont des petites îles (atolls) non habitées disséminées autour de Madagascar dans l’Océan Indien. Evidemment l’intérêt réside dans les immenses surfaces maritimes qui en écoulent. Mais cela ne plait pas à tout le monde. En particulier Madagascar qui revendique depuis son indépendance ces minuscules confettis.

4- Mayotte

Pour rester dans l’Océan Indien, ce département d’Outre-mer, est revendiqué depuis de longues années par la République des Comores. Mayotte servant de « nurserie » aux Comoriens voisins, accompagnée des tous les avantages sociaux de la France, on comprend pourquoi les Mayottais n’ont pas voulu se rattacher aux Comores.

5- Dans le pacifique

Les îles Hunter, Matthieu et Walpole, situées à l’est de la Nouvelle-Calédonie, sont revendiquées par le Vanuatu.

6- Du côté de Saint-Pierre et Miquelon

Les esprits s’échauffent du côté de Saint-Pierre et Miquelon entre le Canada et la France. Le Canada refuse la souveraineté des eaux territoriales de ST Pierre et Miquelon situées au sud de l’île , depuis une vingtaine d’années . Ce rappel du litige a été brutalement rappelé en 2013 par le Canada qui stipule que « la France n’est éligible à aucune zone maritime en Amérique du Nord » 

7- Dans les Antilles

Dans l'île de Saint-Martin , il existe un litige de frontière maritime (et terrestre) entre la France et les Pays-Bas

A Saint-Barthélémy , on se dispute un espace maritime avec Antigua-et-Barbuda

Le dossier contentieux français n'est finalement pas trop lourd à comparer avec les quelques 130 conflits actuels répertoriés (sous réserves)  , comme nous l'avons signaler plus haut .


[2] Valeurs Actuelles du 4 juin 2015

 

2-LES FRONTIERES TERRESTRES: L'exemple de la Russie de Poutine

Le conflit de la Russie de Poutine avec ses pays voisins, l’Ukraine en particulier, est un cas d’espèce, digne d’un scénario des pieds-nickelés .

Nous pourrons une fois cet événement relaté , peut-être comprendre pourquoi l’attitude du Président Poutine peut s’avérer justifiée. Récupérer sa Russie première, celle de l’époque kiévienne, où l’âme de son pays s’est construite dans l’ancienne capitale de la Russie : Kiev . C'est son ultime ambition. L'âme slave est difficilement compréhensible pour des occidentaux , comme nos gouvernants.

En Août 1991, Elstine prend le pouvoir en évinçant Gorbatchev. Quelques mois plus tard, une cuite mémorable va changer la géopolitique mondiale. Eltsine organise secrètement, dans un pavillon de chasse de la forêt de Bieloviésjskaia, une réunion avec ses « copains », ses compagnons de beuverie le gouverneur de l’Ukraine Kravchouk et le gouverneur de Biélorussie Chouchkiévitch, sans en parler bien sûr à Gorbatchev resté à Moscou. Ils n’ont rien préparé, ne savent pas ce qu’est une fédération et encore moins une confédération. [6] .nLeur soirée est largement arrosée de vodka, breuvage cher à Elstine , alcoolique invétéré.En continaunt leur discussion dans le sauna, les trois compères viennent à se rappeler que les trois républiques dont ils sont les représentants ont été regroupées en 1922 pour créer l'URSS. Alors pendant que nous y sommes pourquoi ne pas la dissoudre et de nouveau reconstituer les trois républiques et de nouveau se répartir le gâteau quitte à faire éclater l'Union . "Rond comme une pelle ", nous dit Emmanuel CARRERE ( dans "Limonov" ) , Elstine téléphonera de suite à George Bush , en lui disant : "On s'st mis d'accord avec les copains , l'Union soviétique n'existe plus "

Les trois ivrognes , satisfaits de leur plaisanterie , chargeront l'un d'eux de prévenir Gorbatchev. Ce sera Chouchkievitch , qui encore imprégné des vapeurs d'alcool , ira prévenir Gorbatchev à Moscou , qui lui répondra: " Mais je deviens quoi , moi maintenant " ! Comme quoi les frontières peuvent tenir à des considérations basiques : un rendez-vous galant , un festin trop arrosé, une alliance nuptiale, une femme désirée, etc...

Poutine n'a jamais digéré cet évènement . L'éclatement de l'URSS lui est toujours resté en travers de la gorge . Evènement qui a sacrifié l'unité slave et de plus provoqué la perte du berceau de la Russie : KIEV. C'est comme si en France , depuis 1940 , Paris était devenu la capitale de l'Allemagne ..

On peut donc admettre la position de Poutine , qui connait le nationalisme exacerbé de son peuple , souhaitant rétablir l'intégrité de son territoire et retrouver ses frontières initiales, territoire tellement chèrement acquis par mille ans de conflits contre les envahisseurs de tous horizons . On comprend aussi la facilité avec laquelle la Crimée est rentrée récemment dans le giron de la Russie. 

Le chef de l'Etat russe a un autre atout . Jouer sur la fierté slave et le nationalisme de son peuple . Il va même dans cet esprit , c'est tout récent ( Valeurs Actuelles du 3/09/2015), faire adopter un projet de loi présenté par le député Pétrov " qui donnerait un statut spécial à la famille impériale de Russie pour renforcer l'unité Russe". Poutine a donc écrit à la grande Duchesse Maria Vladimirova et au prince Dimitri Romanovitch , héritiers de la dynastie des Romanov  , je cite "pour les inciter à faire revivre le pouvoir spirituel du peuple russe "

Un jour ou l’autre, il faudra bien composer avec l’ambition de Poutine : Modifier les frontières de l’Ukraine quitte à la diviser en une partie tentée par l’Occident, et l’autre qui retrouvera ses origines slaves. Le conflit du côte de Donetsk est loin d'être clos. 

Nous avons du mal nous Français, à qui l’on fait perdre toute notion de Nation et de Patrie, à comprendre cette position, notre actuel Président se faisant un malin plaisir de diviser pour régner.

La Russie est un exemple  parmi d’autres. Il suffit de rappeler la conférence de Yalta, pour se dire qu’aucune frontière quelle qu’elle soit , n’est immuable.

 

3-LES FRONTIERES MARITIMES : l’exemple de la Mer de Chine méridionale

En ce qui concerne les frontières maritimes, nous pouvons donner comme exemple celui de la Mer de Chine méridionale. C’est un conflit territorial sans solution. Il concerne 6 pays différents : la République populaire de Chine, Taiwan, le Vietnam, les Philippines , la Malaisie , et Bruneï.

Le secteur concerne les îles Spratleys formées d’une centaine d’atolls non habités, qui s’étalent dans une zone d’environ 400 kms sur 500 kms .

Chaque pays y va de ses revendications : économiques, politiques, historiques . Le plus puissant d’entre eux, la Chine, y exerce une pression militaire importante. Elle y installe des positions militaires stratégiques qui heurtent les voisins. Des conflits armés se sont déjà produits depuis 20 ans. La difficulté réside non seulement par le fait que des ressources en hydrocarbures y sont découvertes régulièrement mais surtout qu’un tiers du trafic maritime mondial emprunte cette zone , plus que le canal de Suez (3 fois) ou le canal de Panama (5 fois ) .

Cette situation géopolitique importante incite les Etats-Unis à surveiller de près le comportement de la Chine. Donc actuellement et probablement pour longtemps , il n’y aura pas de frontières maritimes définies entre les 6 pays .Tant qu’il n’y aura pas de guerre déclarée, tout va bien du côté du pacifique.

 

4-DES FRONTIERES NOUVELLES SUIVANT L'AIR DU TEMPS : Le réchauffement climatique échauffe aussi les esprits dans l’Océan arctique !

Si, jusqu’à maintenant, les frontières maritimes ne posaient pas trop de problèmes du côté des glaces de l’Arctique (ou de l'Antarctique). Le réchauffement climatique lui, au contraire a soudain « refroidit » les relations entre les cadors de la zone : Etats-Unis, Canada, Russie, Norvège. Pourra-t-on un jour créer une voie maritime accessible aux grands transporteurs autour du pôle Nord ? C’est la grande question qui positionne déjà l’attitude de ces pays. Les zones pétrolifères situées sous la calotte glacière attisent déjà les convoitises en attendant que les grandes sociétés de navigation viennent prendre le relais.

D’aucuns, comme la Russie, ne cachent pas leurs ambitions. En 2007, une expédition russe a atteint avec des submersibles, le plancher océanique « à la verticale du pôle Nord sur la dorsale Lomonossov  ». Les Russes n’ont pas manqué, à travers les médias, de montrer qu’ils avaient planté le drapeau russe dans le fond sous-marin. Sans arrière-pensée particulière.

 

5-DES FRONTIERES EN BARBELES

Notre monde se transforme donc en une série de camps retranchés .L’instauration de clôtures grillagées matérialisant la frontière entre la Hongrie et la Serbie a pu ces derniers jours heurter la sensibilité de nos biens-pensants et droits-de-l'hommistes.

Mais s’ils consultent une carte géopolitique de l’ONU, ils s’apercevront que plus de vingt murs et clôtures « frontières » sont actuellement installés dans le monde. Officiellement pour la lutte contre le terrorisme et l’émigration clandestine. Cela ne semble pas les avoir choqué.

A titre d’exemples citons les plus spectaculaires :

-       La frontière entre le Mexique et les Etats–Unis est une longue clôture de barbelés de 1200 kms de longueur .

-       Celle entre l’Inde et le Bangladesh pour lutter aussi contre l’immigration mesure 4000 kms ! . L’Inde a aussi installé une clôture avec le Pakistan de 2900 kms pour cause d’insécurité et de conflit frontalier.

-       L’Arabie Saoudite n’est pas en reste qui a construit une clôture barbelée de 950 kms de frontière avec l’Irak.

-      On n’oubliera pas non plus Israël qui a construit des murs en dur, avec la Cisjordanie pour cause de sécurité, d’une longueur actuellement de 790kms. Et ce n’est pas fini. Ce cas est le plus médiatisé pour des raisons politiques.

-       Le Turkménistan a construit une frontière «  grillagée » de 1700 kms d’avec son voisin l’Ouzbekistan pour lutter contre l’immigration clandestine.

-       Entre le Maroc et le Sahara Occidental, il existe une clôture de 2000 kms pour lutter contre le Front Polisario.

Celui de la frontière entre la Chine et La Corée du Nord ne fait pas moins de 1400 kms. C’est la muraille de Chine du XXI è siècle.

Si L’ONU qui gère donc actuellement sur le terrain 16 conflits différents ( consulter le "Courrier International"), cet organisme dédié à la paix dans le Monde, a du pain sur la planche, les fabricants de barbelés aussi.

En conclusion , nous voyons bien que l'Europe , si elle existe encore, a besoin d'apprendre à s'adapter aux circonstances. Les  hommes politiques de tous bords qui la dirigent depuis plus de 50 ans  ignorent la devise:  "Gouverner , c'est prévoir" . Ce qui signifie que notre avenir ne se présente pas sous les meilleurs auspices.

B.GILLIER - SEPTEMBRE 2015

 


[2] Le Point du 15/09/2015

[4] Radio Outre-Mer – 10/12/2013

[6] Valeurs Actuelles du 3/09/2015

ImprimerE-mail